Le dépistage du rejet de greffe cardiaque comme sujet !

DRAGET est un Programme Hospitalier de Recherche Clinique (PHRC) national, financé par la DGOS (Direction  générale de l’offre de soins) en 2013, portant sur la Détection du Rejet Aigu chez les patients Greffés cardiaques par Estimation du T2 en IRM.

 

Le contexte : une technique de référence invasive

La détection du rejet est aujourd’hui essentiellement faite par biopsies endomyocardiques (prélèvement de muscle cardiaque) nécessitant l’introduction d’un cathéter dans la veine jugulaire. Ce geste est souvent vécu comme très contraignant par les patients et peut entrainer certaines complications comme la tamponnade (compression des cavités cardiaques par le liquide sous pression dans le péricarde).

A chaque biopsie, plusieurs échantillons sont prélevés et analysés en histologie à l’aide de la classification internationale de la Société Internationale pour la Transplantation Cardiaque et Pulmonaire (ISHLT). L’ISHLT recommande une surveillance périodique par biopsie à titre systématique les deux premières années puis en fonction des éléments cliniques.

biopsieendomyocardiqueUne biopsie endomyocardique

 

Une solution ? Utiliser l’IRM comme moyen de détection

cartographiet2dragetImage IRM d’un coeur de l’étude Draget

L’équipe d’IRM du CHRU de Nancy a proposé en 2001 une méthode non-invasive de détection du rejet aigu par l’IRM. Cette méthode est utilisée à Nancy depuis 2001 et semble présenter à la fois une bonne sensibilité/spécificité pour le diagnostic de rejet aigu mais également un bon caractère prédictif de rejet à 3 mois. Cette méthode est à la fois rapide (résultats en 30 minutes) et facile.

Le but de l’étude DRAGET est d’évaluer au niveau national, la performance diagnostique de l’IRM dans la détection du rejet de greffe aigu par rapport à la stratégie diagnostique de référence qui repose sur la biopsie endomyocardique.

 

Comment s’organise l’étude ?

Pour évaluer cette performance, 190 patients greffés cardiaques seront inclus dans les 10 hôpitaux participants : CHRU de Nancy, CHU de Bordeaux, CHU de Grenoble, Hôpital Européen Georges Pompidou (HEGP) à Paris, CHU de Lyon, CHU de Nantes, Groupe Hospitalier de La Pitié-Salpêtrière à Paris, CHU de Rennes, CHU de Strasbourg et CHU de Tours.

repartitioncentresdraget

Cette étude est coordonnée par le CIC-IT de Nancy et soutenue par le réseau national des CIC-IT et le Groupe de Recherche en Imagerie Cardiaque (GRIC).

 

L’objectif final : améliorer la qualité de vie des patients greffés

La détection du rejet par l’IRM permettra à l’avenir un éventuel changement de la pratique médicale de référence dans le suivi du rejet aigu de greffe cardiaque. Cette nouvelle méthode de détection du rejet aigu de greffe permettra d’améliorer la qualité de vie des patients greffés cardiaques avec une diminution des biopsies ainsi qu’une amélioration de la sécurité des patients avec une diminution des complications.