Un sujet : améliorer la qualité de vie des patients souffrant d’HyperTension Artérielle Pulmonaire

EVITA est une étude financée dans le cadre du Programme Hospitalier de Recherche Clinique (PHRC) national de 2015. Cette étude a pour but l’EValuation de l’Imagerie par résonance magnétique (IRM) cardiaque dans le suivi des patienTs ayant une HyperTension Artérielle Pulmonaire (HTAP).

 

Le contexte : une technique de référence très contraignante pour le suivi des patients HTAP

L’hypertension artérielle pulmonaire (HTAP) est caractérisée par une augmentation progressive des résistances vasculaires pulmonaires conduisant à une insuffisance ventriculaire droite (VD) et parfois au décès. La stratégie thérapeutique est devenue complexe et nécessite d’effectuer des réévaluations itératives incluant un cathétérisme cardiaque droit (CCD). Bien que le CCD réalisé dans un centre expert présente une faible morbi-mortalité, la répétition des mesures hémodynamiques invasives présente quelques risques et est contraignante pour les patients.

Lorsque le diagnostic d’HTAP est établi à partir des résultats du CCD, le suivi nécessaire à l’adaptation du traitement spécifique se base principalement sur les paramètres de fonction VD.

L’IRM cardiaque : une technique innovante pour la détection d’un état hémodynamique défavorable ?

L’imagerie par résonance magnétique cardiaque (IRMc) pourrait être un outil adapté au suivi des patients ayant une HTAP. Elle présente l’avantage de mesurer précisément la taille du ventricule droit (VD) ainsi que d’importants éléments du suivi tels que le volume d’éjection systolique (VES) et la fraction d’éjection du VD (FEVD).

Il a été montré que la variabilité inter et intra opérateur pour les mesures du VD en IRM sont faibles. De plus, dans un petit nombre d’études, les mesures IRM de l’index cardiaque (IC), du VES et de la FEVD présentent une amélioration sous traitement spécifique de l’HTAP après quelques mois et ont une valeur pronostique de manière indépendante au changement des résistances vasculaires  pulmonaires.

L’objectif de l’étude EVITA est de comparer l’IRMc au CCD, méthode de référence, dans une stratégie de suivi des patients ayant une HTAP. Notre but est de déterminer la performance de l’IRMc par rapport au CCD dans la détection d’une altération de la fonction ventriculaire droite au cours du temps.

Ainsi, nous émettons l’hypothèse qu’il sera possible, si notre hypothèse est vérifiée par notre étude, de remplacer dans le suivi des patients une partie des examens CCD par des examens IRMc.

 

Comment s’organise l’étude ?

Pour évaluer cette performance de l’IRM cardiaque, 180 patients ayant une HTAP seront recrutés de manière prospective dans 19 des 23 centres du réseau français de l’hypertension pulmonaire sévère (dont le centre de référence national : Hôpital Bicêtre AP-HP).

 

Cette étude est coordonnée par le CIC-IT de Nancy et soutenue par le réseau français de l’HTAP.

 

L’objectif final : améliorer la qualité de vie des patients

L’objectif général est de démontrer que l’IRMc peut remplacer le CCD dans la réévaluation des patients afin d’adapter la thérapeutique spécifique en fonction de critères de sévérité bien définis.

Cette étude permettra ainsi de :

  • Remplacer le CCD par l’IRMc pour le suivi (mais pas du diagnostic): examen non invasif et moins contraignant pour les patients, l’ensemble des examens pourra être réalisé en ambulatoire.
  • Améliorer le niveau de preuve des recommandations dans ce domaine. Les recommandations actuelles pour l’évaluation de la sévérité de l’HTAP reposent sur des avis d’experts.
  • Mieux prédire les événements de morbi-mortalité par rapport au CCD et ainsi aboutir à la mise en évidence d’un outil d’évaluation de l’HTAP performant.
  • Ajuster le traitement spécifique de l’HTAP en fonction des résultats de l’IRM cardiaque.
  • Améliorer la prise en charge des patients HTAP et de leur qualité de vie en diminuant le nombre de CCD à réaliser chez ces patients, ce qui permettra de diminuer le nombre et la durée des hospitalisations et ainsi les coûts liés à la santé

 

Plus d’informations sur l’étude sur ClinicalTrials.gov