Un sujet

L’étude CoATri a pour but d’étudier, grâce à l’utilisation de l’IRM, l’éventuel remodelage de l’aorte ascendante, chez des triathlètes. Elle porte sur trois périodes « clé » d’une saison sportive : avant la phase d’entrainement intensif, au pic de forme, et en fin de saison.

Contexte de la Recherche

Lorsque la pratique sportive est intense, l’adaptation du cœur devient plus durable sans que cela soit pathologique. On parle alors de remodelage cardiaque physiologique ou de « cœur d’athlète ». Toutefois, ce remodelage cardiaque peut aussi être pathologique dans certains cas (cardiopathies dilatées et des troubles du rythme cardiaque).

La frontière entre adaptations cardiaques normales et anormales n’est pas connue pour le moment.

Une solution ? Étudier le remodelage cardiaque grâce à l’IRM cardiaque et à la tonométrie d’applanation

Nous pensons que les adaptations de l’aorte, notamment sa capacité à distendre, varieraient au cours de la saison sportive, en raison de l’alternance de phases d’entraînement intense et de phases de repos.

D’après ces éléments, notre hypothèse est que les adaptations de l’aorte ascendante chez le sportif sont liées à l’interaction avec le ventricule gauche du cœur (qui lui-même subit un remodelage), en particulier lors des variations d’effort au cours de la saison d’entrainement.

Cette étude vise à vérifier la variation saisonnière, au cours des différentes périodes d’entrainement de triathlètes, des paramètres cardiaques et surtout vasculaires, par rapport à une population témoin.

Comment s’organise l’étude ?

63 volontaires ont été inclus dans l’étude entre le 01/12/2017 et le 20/04/2018 : 34 triathlètes et 29 témoins (personne ne pratiquant pas plus de 150 min d’une activité physique d’intensité modérée par semaine). Ces volontaires ont été ensuite suivis jusqu’au 08/03/2019. Les données de l’étude sont en cours d’analyse.

L’objectif final

Cette étude permettrait d’apporter de nouvelles connaissances en matière de physiologie de l’ultra-endurance. Il existe en effet une préoccupation grandissante de la communauté scientifique à propos de ces pratiques « hors norme » et de leurs conséquences, notamment cardio-vasculaires. Plus d’informations sur l’étude sur ClinicalTrials.gov